Mon histoire

Mon nom est Pierre Roberge et j'habite le Québec.  Je suis dans la jeune quarantaine.  J'ai vécu avec le bégaiement jusqu'à l'âge de 24 ans.

Le bégaiement m'a énormément affecté même si, pour mon entourage, je leur laissais croire que cela ne m'affectait pas vraiment.  J'avais appris à enfouir les émotions négatives que le bégaiement me faisait vivre, très profondément.

Mon bégaiement pouvait être léger, même inexistant à certains moments et profond à d'autres occasions.  Cette variabilité me frustrait énormément.  Je trouvais cela extrêmement difficile de ne pas savoir à quoi m'attendre.  Je pouvais parler normalement durant une minute et tout-à-coup, je pouvais bégayer durant les quinze minutes suivantes.  Pourquoi?  Je ne pouvais rien planifier.  J'étais à sa merci et je ne l'acceptais pas, mais alors pas le moins du monde.  J'essayais tant bien que mal de le contrôler pour le camoufler.  J'employais des synonymes lorsque des mots difficiles devaient être prononcés.  Je tapais aussi du pied de façon rythmé pour ensuite énoncer les syllabes de mes mots en suivant le rythme.

Par la honte que j'ai développée face à ce problème, j'avais un cercle d'amis assez restreint. Il ne m'était pas facile de me faire de nouveaux amis.  Quand je devais parler avec des inconnus, je redoutais le premier blocage qui était pour leur faire conclure : "OOOOhhh, il bégaie!!!"

J'ai aussi vécu la risée de façon directe et indirecte.  J'ai vécu les rires de mes auditeurs qui étaient plus ou moins bien camouflés et j'ai entendu des questionnements sur la cause de mon problème.  Un collègue de travail s'est déjà interrogé sur l'origine de mon problème en disant à un autre : "Pierre a probablement eu un traumatisme cranien".  Ce que ces deux collègues n'ont jamais su c'est que j'avais entendu toute leur conversation.  Et je leur avais caché la colère que celle-ci avait générée en moi!

En ce qui concerne l'aspect romantique de ma vie, je n'ai pas eu de copine avant d'avoir vaincu le bégaiement.  Je ne m'aimais pas assez pour me laisser aimer par quelqu'un.

Ma vie n'était quand même pas seulement négative et triste.  J'ai vécu beaucoup d'heureux moments!  Mes parents était à l'aise financièrement, nous n'avons manqué de rien et avions même un certain luxe. Notre famille était très unie et elle l'est encore.  J'ai un frère et une soeur, je suis l'aîné.  J'ai eu beaucoup de plaisir et d'opportunités mais il y avait toujours ce nuage gris pour venir gâcher les journées ensoleillées qui auraient parfaites sans le bégaiement.

Vers l'âge de 15 ans, j'ai commencé à chercher à solutionner ce problème.  Pour une raison que j'ignore, je n'ai pas demandé d'aide à mes parents.  Je me suis plutôt tourné vers les livres.  J'allais à la bibliothèque municipale pour chercher des livres sur le bégaiement.  J'en ai trouvé!!!  J'ai appliqué les méthodes qu'ils préconisaient telle l'expiration par la bouche avant de commencer une phrase dans le but de débloquer les cordes vocales.  Cela fonctionnait un peu, je bégayais moins.  Sauf que je devais penser à expirer avant de parler, ce qui n'est pas du tout naturel, et j'oubliais souvent de le faire dans le feu de l'action.  En plus, ces livres n'expliquaient pas pourquoi mes cordes vocales étaient tendues alors que celles des personnes qui ne bégaient pas, ne le sont pas!?  Il y a sûrement une raison.  Pourquoi?

Je ne voulais pas de solution au bégaiement qui m'obligeait à appliquer une technique pour contrôler mon élocution.  Ces techniques représentaient et représentent toujours pour moi des béquilles.  Mon but était de parler "comme tout le monde" sans artifices, de façon naturelle.

J'ai remarqué que la variabilité de mon bégaiement coïncidait avec mon humeur, mes émotions et mon état d'esprit.  Quand j'étais vraiment fâché, je pouvais parler sans bégayer.  Tout comme lorsque j'étais très heureux ou lorsque j'étais très calme!?  Pourquoi?

Je me suis alors tourné vers la psychologie pour en apprendre plus sur le cerveau, le confiance en soi, le fonctionnement du subconscient, la PNL, l'hypnose, l'auto-hypnose, les ondes cérébrales, etc. pour comprendre comment mon état d'esprit pouvaient influencer mes cordes vocales... Et, après plusieurs années de recherche, vers l'âge de 24 ans, j'ai finalement trouvé ce lien. Le lien qui explique comment notre état d'esprit influence la tension dans nos cordes vocales et comment briser cette connection.  Quand la tension disparaît, il ne peut y avoir de bégaiement, il n'existe plus.

Comme j'ai vaincu le bégaiement à sa source, je n'ai plus besoin de contrôler quoi que ce soit.  Par exemple, je n'ai pas à penser à expirer avant chaque phrase ou à utiliser d'autres béquilles.  Quand je veux dire quelque chose, je le dis, un point c'est tout!

Ma vie a ensuite changé de façon dramatiquement positive.  J'ai occupé des emplois pour lesquels je devais parler avec beaucoup de gens, faire des présentations, argumenter, vendre, résoudre des conflits, etc...  Ma confiance a augmenté de façon exponentielle.  Je n'aurais jamais cru que j'irais travailler en Californie au début des années 2000, travailler comme consultant et faire des présentations à des exécutifs de grandes entreprises, en anglais s.v.p.!

J'ai longtemps voulu écrire un livre pour partager mon histoire et mon succès mais après plusieurs essais infructueux, il m'est venu à l'idée d'enregistrer des présentations vidéos.  Paradoxalement, après avoir vaincu mon bégaiement, je suis devenu un très bon orateur et présentateur.  J'ai donc créé ce site pour raconter mon histoire, dévoiler comment il est possible de vaincre le bégaiement et non seulement parvenir à le contrôler.  Je veux aussi livrer un message d’espoir à toutes les personnes qui bégaient et qui entendent de la bouche de beaucoup de spécialistes de la question (orthophonistes, psychologues, thérapeutes, etc.) qu’il n’est pas possible de vaincre le bégaiement mais qu’il est seulement possible de le contrôler.

Donc, si tu bégaies, sache qu'il est possible de vaincre le bégaiement, je l'ai fait.  Ma méthode est gratuite est disponible en cliquand les liens à droite de la page sous la rubrique "Ma méthode".

Au plaisir de collaborer à ta victoire.

Pierre Roberge