Exprimer ses émotions

Comme tu le sais aussi bien que moi, bégayer est très frustrant et vivre ces frustrations à chaque fois que l'on bégaie demande beaucoup d'énergie.  Donc, très tôt dans mon enfance, j'ai pris la décision de renfermer les émotions négatives que me faisait vivre le bégaiement.  J'ai donc vécu, jusqu'à 24 ans avec une belle grosse soupape qui était assez forte pour contenir toutes les émotions que je pouvais vivre par rapport au bégaiement.  Cette soupape était tellement forte qu'elle enfermait aussi toutes les émotions négatives qui n'avait aucun lien avec le bégaiement.  C'était comme si le mécanisme était tellement efficace qu'il faisait du temps supplémentaire.

Je n'ai pas besoin de te dire que vivre de telle façon n'est pas très sain ni psychologiquement ni physiquement.  Ma soupape était tellement efficace que je n'ai pas pleuré de l'âge de 13-14 ans jusqu'à 23 ans.  Ce n'est vraiment pas normal.

À 23 ans, lorsque j'ai décidé que j'allais en finir avec le bégaiement (en me mettant au pied du mur en quittant mon emploi et n'ayant des économies que pour vivre 3 mois), je suis parti en guerre.  En guerre contre le bégaiement.  J'ai suivi une thérapie qui s'appelle une catharsis.  Durant une catharsis, le thérapeute utilise une méthodes de relaxation pour ensuite nous demander de remonter dans le temps pour revivre des événements qui nous ont affectés.  Ces événements sont, la plupart du temps, négatifs.  Étant donné mon besoin de régler mon bégaiement rapidement dans le but de me trouver un travail dans lequel je pourrais parler avec les gens sans avoir peur de bégayer, je suivais ma catharsis 3 fois par semaine, 3 heures à la fois.  Je parle bien ici de 9 heures par semaine!

Je me revois très bien allongé sur le fauteuil dans la maison de ma thérapeute et me remémorer toutes sortes d'émotions.  En me remémorant ces événements que j'avais oublié, une ligne directrice est apparue.  J'avais l'impression que mes parents ne m'aimait pas.  Cette impression était en dedans de moi mais ma soupape l'avait bien enfermée.

À un certain moment, après cette réalisation, je suis allé visiter mes parents.  Je demeurais à Montréal à cette époque et ma mère était venue me chercher pour faire route vers Sherbrooke.  Pour mes amis européens, Sherbrooke (ou le chanteur Garou est né! :) ) est à 1h30 de voiture de Montréal. Alors, je conduisais et je parlais avec ma mère de tout et de rien jusqu'à ce que je commence à parler de ma catharsis et de ce que je revivais.  Ma pauvre soupape qui n'en pouvait plus de retenir toutes ces anciennes et nouvelles émotions que je venais de découvrir ÉCLATA!!!  Je me suis mis à pleurer toutes les larmes de mon coeur.  J'étais fâché, j'ai crié, j'ai pleuré, tout ça en conduisant et sans faire d'accident.  À certains moments, je roulais à 60 km/h tellement toute ma concentration sur mon déluge.  J'ai pleuré durant tout le trajet, je n'avais jamais pleuré de cette façon.  J'étais absolument incontrôlable!

Durant la fin de semaine, mes parents et moi avons de franches discussions et j'ai réalisé que mes impressions étaient fausses, mes parents m'ont dit qu'ils m'aimaient pour la première fois depuis des années, etc.  En revenant sur Montréal, en autobus je crois, je n'avais plus de soupape.  Elle s'était brisée et je bégayais toujours.

Cette fin de semaine m'a permis de reprendre contact avec mes émotions.  Je venais de laisser sortir énormément de tristesse et je croyais que je n'avais plus aucune émotion à évacuer, mais j'avais tort...

Comme je suis un gars à gadget, j'avais acheté un petit objet dans une boutique cadeau.  C'était un "Wham IT", le plus petit.  Je n'avais pas vraiment de but en l'achetant, je trouvais cela intéressant.

 

Le but de cet objet est de permettre à son utilisateur d'évacuer des émotions négatives en le frappant.  Je poursuivais donc toujours ma catharsis, et je me souvient qu'à un certain moment, j'étais chez moi et je réfléchissais à tout ce que le bégaiement m'avait empêché de faire jusqu'à maintenant.  J'ai tout-à-coup senti une grand colère contre le bégaiement.  Je ne sais pas ce qui m'en a donné l'idée mais, comme le Wham-IT a une forme humaine, je me suis mis à visualiser le bégaiement comme étant une personne, le Wham-it qui m'empêchait de vivre pleinement mon potentiel.  Cette visualisation faisait sortir le bégaiement de mon corps pour le matérialiser dans cet objet de 50 centimètres de haut. Au risque, de passer pour un fou, je continue de vous décrire ce que je lui ai fait.  J'ai senti une grande colère monter en dedans de moi et au lieu de la contenir, je me suis défoulé sur le What-IT!

J'ai littéralement perdu le contrôle de moi-même, je lui ai donné des coups de poings, des coups de pieds, je l'ai lancé, j'étais comme un gorille qui pique un crise d'aggressivité dans la jungle et qui tape sur tout ce qui bouge. Le tout a duré environ 15 minutes.  Après tout cela, j'étais fatigué et essouflé mais, évacuer ses émotions fait tellement de bien.

J'ai refait l'exercice à plusieurs reprises dans les semaines qui ont suivi avec le même bienfait mais avec une intensité un peu moins grande.  Je ne me retenais pas, j'avais seulement moins de colère à évacuer.

Conclusion

Évacuer mes émotions ne m'a pas guéri de bégaiement directement mais je crois que cela m'a aidé à me détacher du bégaiement.  Je dis souvent que nous ne somme pas des bègues mais des personnes.....qui bégaient.  Donc, le fait de matérialiser le bégaiement dans un objet, doit psychologiquement nous aider à faire la distinction entre ce qui fait partie de nous et ce qui est extérieur à nous.  Le bégaiement est extérieur à nous.

Notre société nous inculque, sans que nous nous en rendons vraiment compte, que d'exprimer des émotions est mauvais.  Lorsque quelqu'un pleure ou se fâche, il est de mise de consoler ou de calmer la personne.  Pourtant, il est bon d'extérioriser nos émotions dans le respect des autres. 

Si tu éprouves de la colère par rapport au bégaiement, c'est bien, car tu la ressens.  Matérialise le bégaiement dans un objet que tu as chez toi, un oreiller, un coussin, un matelas (quelque chose de mou de préférence!) et intéragit avec l'objet.  Tu peux lui parler, lui crier après, le frapper, ... je crois que ça ne peux que t'aider.

Essaie cela et raconte-nous comment tu as vécu cela dans le forum!