Bégaiement illustré

1 - Personne fluide

Pour une personne qui parle de façon fluide, le fonctionnement de son élocution est simple.  Elle pense consciemment à des idées et vit des émotions, lorsqu'elle décide de les exprimer, elle envoit ses informations à son subconscient.  Celui-ci reçoit des informations claires sur les idées et les émotions à exprimer et peut procéder selon sa compétence et contrôler et synchroniser tous les muscles impliqués dans l'élocution : diaphragme, pharynx, langue, cordes vocales, ...

 

2 - Personne qui ne bégaie pas, vivant un stress

Pour une personne qui vit un stress, comme parler en public ou durant une entrevue pour un poste important, il se peut qu'elle devienne, durant cette situation, appréhensive de l'opinion de son interlocuteur ou de son auditoire.  Ce faisant, son subconscient recevra les informations à exprimer mais en plus recevra l'ordre de réfléchir à l'opinion de l'interlocuteur ou de l'auditoire.  Il y aura alors de l'interférence, car la personne demande au subconscient de faire 2 choses à la fois: parler et faire attention à l'opinion des gens.  Pendant la fraction de seconde que le subconscient se préoccupera de l'opinion des gens, il ne pourra pas aussi efficacement s'occuper de l'élocution.  Par conséquence, l'élocution sera moins fluide, la personne pourra avoir des hésitations, des blancs de mémoire, des baffouillages, pourra chercher ses mots, elle aura les mains moites, ...

 

 

3 - Personne qui bégaie

Pour une personne qui bégaie s'ajoute la peur de bégayer qui vient entraver le travail du subconscient en lui envoyant un 3e ordre, une 3e chose à faire.

 

 

Conclusion

Vaincre la peur de bégayer est la chose la plus difficile à faire.  Cela demande de remettre en question notre image de soi, de rejetter ce que les orthophoniques croient et de te fier à sa propre expérience.  Si tu le fais, tu vas remarquer que quand tu ne penses pas à bégayer, tu ne bégaies pas.  Tu as le contrôle de ton conscient. Tu n'as pas de contrôle sur ton subconscient.  Donc, pour vaincre le bégaiement, il faut prendre conscience que le bégaiement n'existe que lorsque nous lui permettons d'exister, c'est-à-dire, que lorsque nous avons peur de lui. 

Quand nous avons peur de lui, nous lui donnons vie.  Quand nous n'y pensons plus et que nous nous concentrons seulement sur ce que nous voulons partager avec les gens, il n'existe plus.  Il est un peu comme un mirage, nous croyons dur comme fer que le bégaiement existe, qu'il y a des gènes qui le causent, que nous avons un problème.  Tout ça n'est que des excuses pour demeurer une personne qui bégaie.  Quand on confronte le mirage en allant vers lui pour aller découvrir l'oasis, on se rencontre que ce n'était pas vrai, que nous faisions des hallucinations.  Cela est similaire pour le bégaiement.  Nous avons des preuves que nous bégayons, nous avons aussi des preuves que nous pouvons parler très normalement dans plein de situation.  Pourquoi choisir de laisser gagner les preuves que nous ne pouvons pas parler plutôt que de faire gagner les preuves que nous pouvons parler comme tout le monde?  Le choix est le tien.  Choisis bien.